Que l’on soit seul(e) ou en couple, la question de la gestion des enfants lorsque l’on est soi-même malade est toujours un challenge. Cette semaine, je me suis réveillée lundi avec 39 de fièvre, des frissons, courbatures et j’en passe. Corona-virus? Que nenni. Néanmoins s’occuper des enfants dans ses conditions est toujours plus difficile. Bien sûr, j’ai pu compter sur l’Homme pour les accompagner à l’école. Mais comme la météo fait des siennes et que l’on oscille entre averse de pluie et averse de neige, il se trouve qu’il y avait plus de 10cm de neige à déblayer devant la maison. Du coup, l’Homme fut réquisitionné pour déblayer et moi, il fallait bien que je m’occupe des enfants pendant ce temps-là. 

En m’occupant des enfants pendant ces quelques jours de maladie, j’ai pris conscience d’à quel point c’était plus simple cette année par rapport aux années précédentes. C’est pourquoi je voulais partager les 3 clés qui à mon sens rendent plus facile la gestion des enfants lorsque l’on est malade.

Clé 1: le tableau de routine pour s’y référer

Les garçons ont leur tableau de routines pour le soir et pour le matin. Si tu n’as pas le tien, tu peux le télécharger ici. Ils peuvent s’y référer pour savoir ce qu’il reste à faire. Généralement, je les renvoie au tableau quand ils ne savent plus ce qu’ils doivent faire. Eh oui! Il n’est pas évident pour un enfant qu’il faille se laver les dents après chaque repas, même si cela fait plus de 7 ans qu’on le lui rabache. Évidemment, en étant malade, je me suis contentée du service minimum et j’ai surtout aidé Petit-Loulou. Grand-Loulou s’est débrouillé tant bien que mal et il faut avouer qu’il a bien failli louper son bus. Mais si le tableau n’avait pas été là, le bus aurait bel et bien été raté.

Clé 2: l’habitude d’être responsable de ses propres affaires

En plus du tableau de routines, nous avons une liste qui spécifie chaque soir de la semaine ce qui doit être préparé pour le lendemain. Le lundi soir, Grand-Loulou doit préparer ses affaires de hockey. Il est vrai que généralement, je lui rappelle de regarder le tableau que tu peux télécharger ici. Et ensuite il peut se référer à sa liste pour savoir quoi mettre dans son sac de hockey. Lundi soir, je lui ai juste demandé si il avait tout fait et du coup il a oublié de préparer ses affaires de hockey. Mais comme il a pris l’habitude de les préparer seul, il a pu vite faire un crochet en rentrant de l’école pour récupérer ses affaires en un temps record et être à l’heure à l’entraînement. 

Clé 3: rendre les enfants responsables de leur agenda

Lundi gym pour Grand-Loulou, mardi gym pour Petit-Loulou et hockey pour Grand-Loulou, mercredi hockey pour Petit-Loulou, jeudi hockey et musique pour Grand-Loulou, vendredi piscine une semaine sur deux pour Grand-Loulou… Entre les activités spéciales scolaires et les activités extra-scolaires, il y a de quoi se perdre. Pour que nous nous y retrouvions, le planning est inscrit pour chacun dans la cuisine et nous sensibilisons systématiquement tous les jours les enfants au planning. De plus, le dimanche soir nous passons ensemble en revue les activités de la semaine. A force, chacun se sent responsable de son agenda et cela facilite grandement les choses. En effet, quand, mardi matin encore passablement fiévreuse, je m’apprêtais à aider Petit-Loulou à enfiler un jeans, celui-ci me rappela: « Mais Maman, c’est pas un training ça! On est mardi! J’ai la gym! »

En conclusion, l’autonomisation des enfants au quotidien est un précieux soutien pour les jours de maladie où, par la force des choses, tu seras moins enclin(e) à suivre la routine au pied de la lettre.

Et toi? Comment tu gères les enfants quand tu es malade?

 

Aliquam nunc porta. justo ultricies leo. ut eleifend quis, quis lectus
Share This